Search :  
06/02/2008
Parmi l'extraordinaire réseau des aires protégées de la RDC, il est deux parcs nationaux qui, au cours des trente dernières années, n'ont bénéficié virtuellement d'aucun support extérieur à la hauteur de leur importance : le PN de l'Upemba et le PN des Kundelungu. Malgré la richesse biologique énorme des ces parcs, dont les inventaires ont révélé tant de milieux uniques et de populations animales endémiques, menacées et/ou emblématiques, aucun projet d'envergure n'est venu appuyer leur gestion et leur développement. La guerre et les troubles sociaux et politiques que la région a connu depuis l'indépendance du pays ont déjà vu s'éteindre les derniers rhinocéros noirs et peut-être les derniers guépards du Congo. Le sort d'autres espèces telles que l'antilope sable ou le lechwe du Katanga, ainsi que de nombreuses autres, est plus qu'incertain.

Au sortir de la récente période de troubles, au moment où le pays tente de se relever et de re-développer l'économie de cette région, il est vital que l'autorité de gestion nationale, l'Institut Congolais pour la Conservation de la Nature, retrouve sa vigueur et sa qualité professionnelle d'antan. Le rôle de ses partenaires, bailleurs de fonds ou organisations non gouvernementales, est ici déterminant. Des plans novateurs pour rétablir des systèmes efficients, réaliser des états des lieux, réhabiliter les infrastructures de base, former et équiper le personnel, et impliquer les autorités, la population locale et le secteur privé, sont indispensables et urgents.

Je suis honoré d'être associé aux efforts de BAK dans ce domaine et je formule le vœu que le plus grand nombre d'acteurs, nationaux et internationaux, s'associe également à cette organisation réaliste et audacieuse afin de contribuer au succès de ses entreprises. Il en va de la survie d'aires protégées qui, si elles étaient irrémédiablement dégradées, constitueraient une perte irréparable du patrimoine naturel et esthétique du Congo ainsi que la disparition d'une source de bien-être, de fierté et de développement pour ses citoyens.
 
Dr Jean-Pierre d'Huart
Conservation Consultancy Services SPRL

Beauvechain, Belgium

04/02/2008
The Royal Belgian Institute of Natural Sciences, Brussels, historically has great commitment towards nature conservation.

As a first step to the understanding of ecosystem functioning, a vast programme of expeditions to the Central African national parks started in 1933. The Upemba National Park was intensively observed and explored during the period 1946-49, resulting in impressive photo-archives, diverse specimen collections and more than 150 scientific papers.

The region has unique habitats, which are still largely unsurveyed. A very recent re-assessment of the malacofauna of the Park leads to the conclusion this area may harbour 27 endemic taxa of a total of 74, i.e. about 36.5% of the observed terrestrial snails and slugs.

The indefatigable activities of ‘Nouvelles Approches’, and now of ‘Biodiversité au Katanga’ are crucial for the education of the local communities, in particular by raising awareness for the sustainable use of the natural resources. Communication and documenting on best practices are vital elements in achieving to establish durable partnerships between villages and nature.

‘Nouvelles Approches’ and ‘Biodiversité au Katanga’ have my profound respect for the way they work with modest resources and with great passion.
 
Dr J.L. Van Goethem
Head of Department RBINS
CBD National Focal Point
Vautierstraat 29
B-1000 BRUSSELS

18/01/2008
We have been privileged to support the work of Nouvelles Approches and BAK to protect the biodiversity of Katanga. It has been inspiring to follow the progress of these dedicated individuals who have continued their efforts under the most difficult and dangerous circumstances and whose concern to protect the wildlife of the region also recognises the crucial role of the local communities in achieving this. Raising awareness and providing assistance to villages in the front line, facilitating communications and documenting and even discovering new wildlife populations are all critical elements for improving the conservation and management of wildlife in this remote and beautiful region. I hope one day to be able to visit it myself but in the meantime I am confident that BAK is working on the ground to promote a better future for the wildlife and the people of Katanga.
 
Lesley O'Donnell
Director EU Office
IFAW (International Fund for Animal Welfare)

14/01/2008
Les parcs de l’Upemba et des Kundelungu, ces deux perles du Katanga, ont été trop longtemps négligés par le monde de la conservation, probablement trop occupé par les aires protégées forestières ou les sites du Patrimoine mondial de la RDC. « Biodiversité au Katanga » (BAK) vient corriger cette injustice en proposant des actions concrètes pour à la fois préserver et réhabiliter ces sites exceptionnels, et promouvoir un changement de mentalité des populations locales à l’égard des objectifs de conservation. Beaucoup de dégâts ont été commis dans ces deux parcs mais il n’est pas trop tard. Grâce à son dynamisme et à sa connaissance du milieu, BAK dispose de nombreux atouts indispensables à la mobilisation des décideurs politiques et financiers pour garantir la survie des parcs du Katanga.
 
Dr José Kalpers
Programme Manager
African Parks Network

25/06/2001
"It has been my privilege to partner with Nouvelles Approches in the two national parks of Katanga since year 2000. Their history with the park covers many more years. I have personally witnessed the commitment and passion the dedicated people of Nouvelles Approches feel for this important landscape. They have achieved repeated success where no others dare to even try. I strongly urge the global community to step forward and support Nouvelles Approches in their efforts to save Upemba. This magnificent area is known for vast open savannas, rich Biodiversity, large interconnected lakes, rivers, and swamp land. In addition to the extraordinary wildlife (Some still being discovered), visitors are attracted by the beautiful waterfall at Lutshipuka Rivers, Kayo Chute on the Kalule River, and Chute Kiubo on the Lufira River. Of special note is the magnificent Chute Kaloba, the greatest single waterfall in Africa with a drop of 340 metres."

 
Dr. Jo Thompson
Dr. Jo Thompson, Director
Lukuru Wildlife Research Project
Democratic Republic of Congo

01/05/1997
«Directeur général et biologiste des Parcs Nationaux du Congo, je connais le Parc National de l’Upemba, au Katanga, depuis des décennies. Il s’agit d’une des plus belles réserves naturelles de la planète et d’une « zone humide » quasiment unique sur la terre.

(…) J’appuie chaleureusement et de tout cœur l’action de Nouvelles Approches et j’espère que le public belge et étranger collaborera avec cette très dynamique O.N.G... Le Parc National des Kundelungu, autre joyau menacé, proche de Lubumbashi, bénéficie aussi de la collaboration de « Nouvelles Approches ».

 
Dr Jacques Verschuren.
Dr Jacques Verschuren.
Biologiste-Expert international.
Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, 29 rue Vautier, B-1000
Bruxelles, Belgique

00/00/0000
 

00/00/0000
 

Design by McArnolds Group SA | Development and code by AMESIS SPRL