Rechercher :  


<< Page précédente

DRC Parks Emergency Relief Mission
date : 15/08/2000
  « DRC Parks Relief Mission »
« Ape Alliance » , « Lukuru Wildlife Research Project » , « Nouvelles Approches a.s.b.l. »
Rapport de la Mission au Katanga
Parcs Nationaux
National Parks
Report from the Delivery Trip in Katanga
Jo Thompson & Michel Hasson
August 2000
DRC Parks Relief Mission
Trip report for August 2000
Posts Visited
Kundelungu National Park ≠ Katwe Headquarters Post
10o33'88 South, 027o51'59 East, at an elevation of 5658 feet/1725 meters
Upemba National Park ≠ Kayo Post
09o52'14 South, 026o02'85 East, at an elevation of 4364 feet/1330 meters
Upemba National Park ≠ Lusinga Headquarters Post
08o55'99 South, 027o12'39 East, at an elevation of 5879 feet/1792 meters
Principal Characters:
Mr. MALEMBE-Mbo, Président-Délégué Général, Institut Congolais pour la Conservation de la Nature, Kinshasa
Mr. HASSON-Michel, Nouvelles Approches, DRC Parks Relief Mission Coordinator
Dr. THOMPSON-Jo, Lukuru Wildlife Research Project, DRC Parks Relief Mission Coordinator
Mr. MBAYO- Lukasu wa Kabulo Felix, Responsable du Bureau de liaison ICCN ≠ Lubumbashi
Mr. BATECHI-Murutsi Faustin, Conservateur Principal, Chef du Parc National de l'Upemba, Secteur Nord, Lusinga
Mr. LONGOMO-Bomolinga Arthur, Conservateur, Chef du Parc National de l'Upemba, Secteur Sud, Kayo
Mr. NKULU-Kalala Edmond, Conservateur, Chef du Parc National des Kundelungu, Katwe
Mr. KAZADI-Remy, Driver
Mr. MUKEYA-Epiphane, field entomologist
In response to the critical need emerging from the ongoing war, two representatives of the DRC Parks Relief Mission, Mr. Michel Hasson and Dr. Jo Thompson, undertook a journey to deliver supplies, draw public attention to the National Parks of Katanga Province (Upemba and Kundelungu), determine status of each Park and access further needs. PNU and PNKun do not benefit from the support awarded to their DRC sister National Parks who enjoy the status of World Heritage Site. Therefore, these two critical areas have been largely forgotten by the world and left to suffer the crippling affects of catastrophic poaching pressure and institutional neglect. From 3-24 August 2000, Mr. Malembe-Mbo (PDG-ICCN) accompanied the DRC Parks Relief Mission team on visits to three posts. Materials including boots, bicycles, backpacks, ponchos, tents, medicines to restock each dispensary, women's and children's clothing, children's toys, school books and materials, scientific literature, information cards on mega-fauna within the Parks and construction materials were delivered to each post. Official presentation of the Guards and tours of each post were conducted. During formal ceremonies, the DRC Parks Relief Mission representatives presented the motivational and survival supplies to the President-Delegue General, Institut Congolais pour la Conservation de la Nature- Kinshasa who, in turn, publicly passed them on to the Park staff at each post. Initial wildlife surveys were conducted at NPKundelungu an NPUpemba-Nord. Additionally, the Relief Mission team was able to establish and nurture a relationship with the local people of Kienge village, central to the two Parks. The team was also able to visit the ICCN Pande Post at the Mufufya River Game Reserve and meet extensively with the Chief of Service, Responsable du Bureau de liaison ICCN ≠ Lubumbashi.
Traveling overland en route to each post, frequent lorries were encountered, potentially providing transport from the Park territory to commercial markets. Among other things, roadside hawkers displayed the availability of bushmeat (including smoked or raw duiker, Giant Gambian Rat, Cane Rat and a Sitatunga) and domestic sales of charcoal permeated the access routes. Liberty of movement was a constant issue and roadblocks were common. Lawlessness and diffused authority created difficult situations and a climate of insecurity.
Training is insufficient. Many Rangers are recruited from commercial centers, such as Lubumbashi, and do not know the local languages or have proper training on life-in-the-bush and fieldwork. Park Rangers had not been making regular patrols. Yet, housed within the respective Post depot's were the arsenal of ammunition and weapons confiscated from poachers. Conservateur Nkulu was inducted into his position two years ago. Due to administrative and bureaucratic demands, he has not had the opportunity to sufficiently acquaint himself with the Park territory. Snares and steel snap-jaw traps were found near and around the Park Posts, including brand new devices.
The structural condition of each Park is deteriorated. Basic buildings, such as Ranger houses, offices, guesthouse facilities, are in poor condition.
The recent decade has seen a catastrophic depletion of wildlife at such an accelerated speed as to leave much of Park territory no more than empty but intact habitat. The rate of wildlife loss was terrifying. Elephant poaching throughout the Province, to support the commercial market in Lubumbashi, was at its peak between 1983-1987. Principal Conservateur Batechi (Lusinga) reported that large numbers of elephants had still occupied PNUpemba-North until 1993. Heavy poaching in the mid-1980s reduced the population to an estimated 500 elephants at that time. Since the outbreak of this war, the elephant population in PNU has declined to a remaining 200 elephants who have been forced by the pressures of instability, rebel occupation (as close as 15 kilometers) and hunting activities, to abandon the Park and move north into marsh lands near the village Malemba-Nkulu where people can't follow. Due to the perceived weakness of the National Park territorial defense, villagers have advanced into the protected terrain and reclaimed what they consider to be their traditional land. The heavy human migration of settlers into the northern Park (using the access corridor via the Lufira River) has put immense pressure on wildlife in the Zone Annex Upemba. The displaced elephants are forced to occasionally raid the agricultural fields for sugar cane and potatoes.
We surveyed 98 kilometers within Upemba National Park-North with four rooftop spotters viewing each direction of 3-4 kilometers distance. Confirmed wildlife sightings for PNUpemba-Nord include: 11 groups of Oribis (1-4), 12 groups of Redunca Common Reedbuck (2-7), 5 baboon troops, 5 families of Warthogs (8-9), 14 solitary Grimm's Duikers, 3 Denham's Bustards, 1 Side-striped Jackal, 2 Wattled Cranes and evidence of Bush Pig (droppings). The highlight of our survey was sighting a herd of 10 zebras. When viewing wildlife the subjects were extremely cautious. Viewing was at long distance and typically of animals in flight. On one occasion a group of Redunca included one lame individual, probably a result of a snare trap escape. We saw no sign of elephants. The Rangers and Conservateur confirm that today no elephants inhabit Upemba National Park or Zone Annex Upemba. The Zone Annex Upemba was reclassified (reduced from full status protection) from National Park to Annex status in 1975 to accommodate human occupation within the region.
However, the Rangers from PNU-North are actively monitoring the status of the herd near Malemba-Nkulu. In fact, while we were out surveying the Park we met two Rangers returning from monitoring the elephants. They reported that a local man had recently been killed by one of the displaced Park elephants. This incident may be used to excuse further slaughter of elephants who have been crowded out of their territory. This has created additional human/elephant conflict. Prior to our DRC Parks Relief Mission assistance (which included provisions of bicycles for patrolling), the Park Rangers were forced to travel by foot to reach the elephants. This journey (to monitor the remaining elephants) required at least one week to traverse EACH direction. The Rangers needed to spend about one week monitoring the situation before the return trip back to Lusinga Post. In other words, it has been taking a minimum of three weeks to get information about the elephant status. Our Relief Mission is now collecting donated walkie-talkies to be used in communications to aide in monitoring.
The Plateau Kundelungu lies between two valleys corresponding to the Luapula River in the east and Lufira River in the west. Northern Kundelungu Plateau is the home of a huge cattle ranch. At its peak, the cattle ranch managed 35,000-40,000 head. In the 1980s they averaged 20,000 head of cattle. Today the ranch manages only 2,700 head of cattle. This puts an immense pressure on wildlife as the preferred protein source for human consumption. Southern Kundelungu Plateau is considered national park territory. All transport vehicles from the cattle ranch to Lubumbashi pass PNKun. Mr. Michel Hasson, who lived in Lubumbashi from 1981 until 1991, visited these Parks three or four times every year between December 1981 - April 1990. He also visited PNU in August 1997. Michel confirmed that in 1985 he observed a few elephants in PNKundelungu and large herds comprising 1,000+ elephants were still occupying Zone Annex Kundelungu on the Lufira plain at that time.
We surveyed 236 kilometers within Kundelungu National Park with multiple rooftop spotters viewing each direction of 3-4 kilometers distance. Confirmed wildlife sightings for PNKundelungu include: 2 baboon troops, Ross's Turacos, African Hoopoes, Brown Parrots, White-headed Black Chats, Pennant-winged Night-Jars, 9 groups of Oribis (1-5), 5 gatherings of Wattled Cranes (1-2), 2 pairs of Ground Hornbills, 3 Reed Kobs, nesting Black-bellied Bustards, 1 solitary Grimm's Diukers, 2 Denham's Bustards, 1 Bubal Hartebeast, Red-billed hornbills, and evidence of Bush Pig and Reed Kob (droppings). When viewing wildlife the subjects were extremely cautious. Viewing was at long distance and typically of animals in flight.
We saw no sign of elephants. The Rangers and Conservateur confirm that today no elephants inhabit Kundelungu National Park or Zone Annex Kundelungu. In 1975, this area of dense human habitation and substantial poaching, Zone Annex Kundelungu was upgraded from its former status as the northern sector of Lubudi-Sampwe Hunting Reserve. There are plans afoot to develop a major agriculture plantation between Lupweshi and Mwadingusha hydroelectric plants to R618, which might pose more pressure and human/wildlife conflict potential.
Upon our arrival, the Rangers of PNKun reported several recent sightings of cheetah along the western ridge of Plateau Kundelungu and most recently approximately 8 km from the post the day before our arrival. We unsuccessfully attempted to confirm the presence of cheetahs and to locate a fecal sample to collect for DNA profiling.
Due to location and proximity to Lubumbashi, PNKun operates with military cooperation and support. Thus, several Rangers of PNKun are equipped with good condition military-issue uniforms and boots. The Kayo post lacked a functional battery and battery acid to power their telephonie. Those items were purchased in Lubumbashi and dispatched prior to the conclusion of this trip. Both the Aerodome Katwe and Lusinga present security concerns and special needs. During the survey of PNU-Nord, we observed wide spread human use of Park territory by foot traffic on well-worn trails. Evidence of recent camp sites were discovered within the gallery forests.
At Risk
The Rangers continue to present a united front in an effort to keep their Park territories intact. However, it is important to note that, in addition to living under desperate economic circumstances and insecurity, these dedicated men risk their lives not only in the face of rebel, military and poacher occupation but sometimes to the very beings they are assigned to protect. For example, a small rock monument had been erected near Post Lusinga (PNUpemba-Nord) to indicate the site where a Park Ranger had been killed by a lion while on patrol. In addition, we visited and honored the graves of two guards at Post Kayo (PNUpemba-Sud) who were killed, at ages 29 and 59 years, while confronting armed poachers. We were introduced to another guard who had been seriously injured during that same clash. His right shoulder still bears the deep imprint scar of the critical injury he sustained from a poachers bullet. Further, the problems introduced outside the ICCN structure include the resettlement of 200 retired (pension) soldiers within the buffer zone of PNUpemba-Sud where they have constructed a major charcoal producing industry and protracted wood cutting ensues.
In addition to the wildlife, tourists can be attracted by the fabulous landscape including the beautiful waterfall at Lutshipuka River along the eastern limit of Kundelungu Plateau, Kayo Chute on the Kalule River (the origin of Kayo Post name) and Chute Kiubo on the Lufira River enroute to Lusinga Post. Of special note, is the magnificent Chute Kaloba on the Lofoi River (western Plateau Kundelungu). At a drop of 340 m, this tremendous sight is the greatest single waterfall in Africa. Maribou Storks nest openly along the cliffs of the Chute.
PNKun potentially benefits from local tourism traveling the relatively short distance from Lubumbashi. The most recent tourists to visit PNKun were a group of Congolese children from Lubumbashi on 30 June 1998. Prior to that visit, tourists were not recorded since 1996. The guest facilities have eroded extensively.
PNU-Nord has seen the most consistent benefit of tourism through the years, including international attention. The most recent tourist to visit PNU was the PDG of the cattle ranch near Mitwaba on 19 December 1997. Prior to that visit, Mr. Michel Hasson had recorded his visit of 22 August 1997.
The primary concern for the future of tourism is the disintegrated road system and lack of overland surface infrastructure. For example, one extended stretch of road (identified on the map as Priority Regional Route 617 between Likasi and Mitwaba) is commonly referred to as ≥cinq années≤ in recognition of the length of time it takes to traverse this section ä allegedly five years. Although we traveled during the driest period of the year and had the luxury of a vehicle in top condition, we were only able to progress at speeds averaging 30-40 kilometers per hour. The primary national roads are reduced to a single lane in the best of times. On occasion we observed the complete washout of structural bridge foundations along major overland routes and we were only able to pass during the dry season by driving down into the riverbed and around.
Relief Mission Targets
As the DRC Parks Relief Mission proceeds, we have identified a number of needs within these two Parks. The Katwe headquarters needs considerable repair to their water system. We propose installing windmill power to their water well. They currently exist with a degraded water source and receding water table level. They are also in need of a blackboard, cement flooring and a soccer ball for their school. A priority for the Relief Mission is to refurbish the hydroelectric generator for Lusinga headquarters and provide walkie-talkie two-way radios for Lusinga.
Based on this expedition, we recommend institution of a training program for Park staff to include Park Management techniques for the PNKun Conservateur and general orientation of Park Rangers to individual species within their protection.
To better serve the Park, we recommend adoption of controlled burning in February around the posts to promote development of new shoots and to attract wildlife during the dry season. This will enhance tourism opportunities and provide better ability to monitor and protect wildlife during that season. Further there is a need to eliminate cutting wood for charcoal production.
We would like to see the territorial boundaries of each Park confirmed and clarified so as to produce quality maps with the territorial boundaries defined. Each Park needs to inventory (or at least determine where/what) each species. They must do their part to raise the profile of their Park by communicating the status of their wildlife.
It is with great pleasure that we acknowledge the contributions of Malta Forrest International Corporation who donated the heavy-duty lorry used to transport supplies, diesel fuel, a driver and the driver's salary; Nouvelles Approches for logistical contacts, arrangement of shipments and a multitude of behind the scenes work and Demavia for air-cargo shipment.
Mr. Lakis and Mrs. Rita Margetis generously provided the warmth and kindness of their home. Over the months Rita Margetis has served diligently as the on-the-ground coordinator of this effort. Tervuren Museum donated the annals of Tervuren scientific literature. Mr. MALEMBE-Mbo, Président-Délégué Général, Institut Congolais pour la Conservation de la Nature, Kinshasa provided pivotal assistance with officials to clear a 653 kg shipment of supplies through Customs.
And a special acknowledgement goes to Mr. Michel Hasson who worked persistently and tirelessly to negotiate the bureaucratic system of Lubumbashi, making the experience a pleasure and highly informative.
This report was prepared by Dr. Jo Thompson. I take full responsibility for any errors or omissions within.

Rapport de la Mission d'Aide aux Parcs Nationaux du Katanga
Août 2000
Introduction :
Ce rapport en français est complémentaire de celui du Dr Jo Thompson.
Je m'attacherai à utiliser ma connaissance de la région et des gens qui l'habitent, pour apporter des éclaircissements sur certains détails de la mission.
Le rapport ainsi que l'importante documentation photographique concernant cette mission seront accessibles très prochainement sur le site de notre association, à l'adresse suivante :
Remerciements :
Je tiens ici à rendre hommage à tous ceux qui ont rendu possible cette mission d'aide aux Parcs Nationaux du Congo.
Les conditions à réunir pour la réussite de cette entreprise étaient aussi nombreuses que variées, et les compétences de chacun dans son domaine nous furent indispensables.
Qu'il me soit permis de commencer par vous qui me lisez, les généreux donateurs, qui nous confièrent les fonds sans lesquels aucune action n'aurait été possible, et à qui le présent rapport est destiné.
Je voudrais également saluer le courage et la patience du Dr Jo Thompson, qui n'hésita pas à se lancer dans une aventure en pays inconnu et de surcroît en guerre, sans connaître les langues en usage dans le pays, et qui garda une humeur égale en toutes circonstances, malgré des conditions de voyage et de séjour souvent plus qu'inconfortables. Son enthousiasme et sa volonté de faire aboutir notre mission, me furent d'un grand réconfort dans les moments les plus difficiles de notre voyage.
Que soit également remercié Ian Redmond, qui réussit à convaincre les membres de Ape Alliance de la nécessité de cette mission, et qui prit la responsabilité de nous confier des fonds importants.
Que les autorités congolaises qui nous accueillirent avec bienveillance et qui firent en sorte de nous faciliter la tâche, trouvent également ici la marque de notre reconnaissance.
Sans que cette liste soit exhaustive, nous pensons à Monsieur Anatole Bishikwabo Chubaka, Ministre des Affaires Foncières, Environnement, Conservation de la Nature, Pêche et Forêts qui nous établit un ordre de mission qui s'avéra très utile, au Gouverneur de la région du Katanga qui dispensa des encouragements à notre mission, aux différentes autorités de l'ANR et de l'OFIDA, qui nous facilitèrent les déplacements dans la province et le dédouanement des marchandises destinées aux Parcs Katangais, sans oublier l'Administrateur du Territoire de Mitwaba qui se déplaça pour nous souhaiter la bienvenue et nous assurer de son bienveillant soutien dans notre action.
Enfin et certainement pas des moindres, il convient de mentionner la disponibilité sans faille de tout le personnel de l'Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN), en commençant par son Président Délégué Général Monsieur Malembe Mbo, les Conservateurs principaux de l'Upemba et Kundelungu, et tout le personnel aussi bien de Lubumbashi que de Katwe, Kayo et Lusinga.
Je voudrais remercier en mon nom et en celui de Jo Thompson, mes amis Rita et Lakis Margetis, qui nous ont offert leur hospitalité et ont mis à notre service tous les moyens logistiques dont ils disposaient.
Que soient ici vivement remerciées les Entreprises George Forrest qui, malgré la pénurie de carburant et conscients plus que quiconque de l'état des routes, n'hésitèrent pas une seconde à nous offrir l'affrètement des camions destinés à livrer le matériel dans les différentes stations, et à mettre à notre disposition un véhicule tout terrain et son chauffeur pour tous nos déplacements en brousse. Cette aide logistique nous permit d'économiser plusieurs milliers de dollars que nous pourrons affecter à l'achat de matériel supplémentaire en faveur des Parcs Nationaux du Katanga.
Une mention toute particulière à Mr Rémy Kazadi, qui nous pilota avec un calme et une disponibilité sans failles, à travers toutes les difficultés de nos différents voyages en brousse.
Je m'en voudrais de ne pas citer dans ces remerciements, les personnes dont les conseils judicieux et la connaissance des dossiers abordés nous furent d'un secours précieux. Je pense entre autres à Mr Jean-Pierre d'Huart du WWF, à Mr Pierre de Maret, Recteur de l'ULB, à Mr Muya, Directeur du Musée de Lubumbashi et à Mr Michel Anastassiou, Administrateur délégué de George Forrest International.
Et encore merci à notre sponsor de la première heure, la compagnie DEMAVIA Airlines qui, comme à son habitude, achemina tout notre matériel.
Situation générale :
A notre descente d'avion, nous avons trouvé la capitale du cuivre pimpante et en pleine effervescence, toute à la préparation de l'installation de son nouveau parlement dans le bâtiment du Théâtre de la Ville.
La présence du Président de la République et de tout son Gouvernement en ville, pouvait se deviner aux nombreux contrôles de sécurité, qui se faisaient en toute courtoisie.
En règle générale la Mission d'aide aux Parcs Nationaux du Congo fut accueillie avec bienveillance par toutes les autorités.
Le Gouverneur de la Province du Katanga nous fit savoir sa satisfaction et nous encouragea dans notre mission.
Son directeur de cabinet intervint personnellement auprès de la direction de la douane (OFIDA) et auprès des services de l'Agence Nationale de Renseignement (ANR) afin de nous faciliter les démarches.
Des autorisations pour circuler dans la Province nous furent ainsi délivrées par l'ANR.
Quant à l'OFIDA, la direction provinciale nous autorisa à retirer les marchandises en provenance de Belgique et destinées aux Parcs Nationaux, sans payer de droits d'entrée et ce, malgré que la procédure d'obtention de l'exonération des droits de douane, introduite par l'ICCN auprès du Ministre des Finances, n'avait pas encore abouti.
En règle générale nos déplacements dans la province se déroulèrent sans incidents majeurs, si ce n'est l'état des routes et les inévitables tracasseries et excès de zèle de certains agents au plus bas de la hiérarchie, lors des nombreux contrôles de sécurité.
La prise de contact avec l'équipe de l'ICCN se fit le jour de notre arrivée, au cercle Makutano, où Mr Malembe nous offrit un drink de bienvenue.
La première réunion de travail fut programmée pour le lendemain matin au bureau de liaison de Lubumbashi .
Bureau de liaison de Lubumbashi :
Le bureau de liaison de Lubumbashi se compose de deux pièces dans une annexe du bâtiment du cadastre. Le mobilier est rudimentaire, composé de trois bureaux, deux tables, une armoire, une étagère et quelques chaises et fauteuils.
Le matériel de bureau se compose de vieilles machines à écrire et d'une phonie assurant la liaison avec les Parcs et la Direction Générale à Kinshasa.
L'état général des locaux est sombre et nécessite des travaux de réfection des toitures, de la maçonnerie et de la peinture.
L'effectif est de cinq agents dirigés par Mr Mbayo.
Le rôle du bureau de Lubumbashi est d'assurer la liaison entre les différentes stations de l'ICCN au Katanga et de faciliter tout le travail administratif qui doit se faire dans le chef-lieu de la province.
Outre son rôle d'appui au personnel de l'ICCN en mission à Lubumbashi, le bureau se doit de promouvoir l'image de l'ICCN au niveau de la province.
Nous avons déploré l'absence totale de promotion de l'ICCN à Lubumbashi à tel point que la plupart des gens étaient incapables de nous dire s'il existait un bureau de l'ICCN en ville, et personne n'a pu nous indiquer son emplacement.
Interrogé sur les activités du bureau dans le cadre d'une information au public, le responsable nous a répondu que rien n'était fait faute de moyens.
Notre intervention :
Notre intervention en faveur du bureau de Lubumbashi s'est résumée à la fourniture de 4 vélos pour les agents et au paiement d'une provision dans un dispensaire, pour les soins à venir des agents, et ce, jusqu'à épuisement de la dite provision.
Nos recommandations :
Nommer à ce poste un responsable ayant les compétences requises en matière de communication avec le public.
Ce responsable doit être à même de promouvoir l'image de l'ICCN par l'organisation de conférences, de journées portes ouvertes, d'information au public, d'un service de bibliothèque, tout en aidant les agents de l'ICCN de passage à Lubumbashi, dans leurs démarches administratives diverses.
Nos projets :
Constitution d'une bibliothèque avec l'aide du Musée de Tervuren.
Fourniture de cartes postales offertes par l'Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique. La vente de ces cartes pouvant engendrer des recettes au niveau du bureau de Lubumbashi.
Amélioration des locaux et du matériel.
Parc National de Kundelungu :
Notre premier voyage en brousse nous amena à Kundelungu.
Notre intervention :
Le matériel attendu de Bruxelles ayant été retenu à Kinshasa, et notre séjour au Congo étant très court, nous avons décidé, afin de ne pas perdre de temps, de partir avec uniquement les vélos et les colis déjà disponibles chez notre correspondant de Lubumbashi.
Nous avons donc délivré, lors de notre passage à Katwe, 30 vélos, des rations pour les patrouilles, ainsi que des habits et jouets pour enfants et un peu de matériel scolaire. Nous avons remis plus tard les tentes, sacs à dos, imperméables, bottes, médicaments, cartes postales et publications scientifiques, lors d'une cérémonie dans le bureau de liaison de Lubumbashi, en présence du Conservateur Mr Nkulu et du PDG Mr Malembe Mbo.
Un vélo supplémentaire fut offert au chef Kienge afin de faciliter les déplacements de son infirmier dans la région.
Les bâtiments de la station sont dans un état à peu près identique à celui constaté par la Mission d'Huart en 1991.
Le gîte, légèrement à l'écart de la station, est aujourd'hui occupé par les militaires chargés de garder la piste d'aviation.
Le dispensaire sert d'habitation, l'infirmier ayant déserté son poste.
Pour le reste, la station affiche un état semblable à celui qui fut toujours le sien.
La galerie forestière autour de la source qui alimente la station en eau, a connu des coupes de bois assez inquiétantes. Par endroits, la galerie est carrément déboisée sur toute sa largeur en vue de pratiquer des cultures. Si le déboisement continue, on risque d'observer un abaissement du niveau de la nappe phréatique, avec comme conséquence, la nécessité de creuser beaucoup plus profond pour trouver l'eau nécessaire à la vie de la station.
L'aménagement de cette source est d'ailleurs à envisager, l'eau ne parvenant plus à remplir le réservoir et à sortir par les tuyaux d'évacuation, une érosion ayant entraîné le passage de l'eau sous la dalle en béton.
En ce qui concerne le personnel, nous avons trouvé un effectif d'une trentaine de personnes à la station.
Cela semble correspondre au nombre d'agents annoncé dans les états de besoin. Nous avons été surpris de constater que la plupart des agents en poste, et plus particulièrement ceux qui affichaient de beaux uniformes, ne parlent pas les dialectes locaux mais uniquement le Kiswahili, ceci tendant à prouver que ces agents sont issus de milieux urbains.
Ces agents affichent un niveau de vie bien supérieur à celui que l'on s'attend à leur connaître au vu de leur maigre salaire.
Nous avons constaté à regret que de nombreux collets étaient tendus le long des sentiers tout autour de la station, ne laissant aucun doute sur l'identité des poseurs.
Le conservateur nous a avoué ne pas avoir parcouru son Parc une seule fois depuis les deux ans qu'il est en poste, suite à de nombreux problèmes administratifs le retenant à Lubumbashi, et au manque de véhicule.
Lors de nos déplacements dans le Parc, nous avons réussi à atteindre la Lofoï, malgré une piste par endroits totalement effacée, et encombrée de nombreux arbres .
Grâce à l'intervention d'une équipe de gardes, le pont sur la Fibila avait été réparé, ce qui nous permit d'atteindre en voiture, le site de la Lofoï.
Pendant ce voyage de 160 kilomètres, nous n'avons aperçu qu'un bubale et quelques petites antilopes.
Durant nos déplacements à pied pour aller visiter le site de la chute, nous avons pu constater que les sentiers étaient nombreux et très fréquentés, ce qui dénote une totale liberté de déplacement des populations de la vallée sur le plateau.
Notre visite à la Lutshipuka ne nous permit pas de voir plus d'animaux, et on peut raisonnablement penser que tout le Parc est dans cet état.
Nous avions interrogé le personnel quant à la situation des guépards qui étaient connus du PNKun, et qui semblaient éteints depuis le début des années 1990.
Dans une initiative malheureuse pour essayer de nous faire plaisir, on nous affirma le lendemain, qu'un garde avait aperçu un guépard la veille à 8 km de la station. Lorsque nous avons demandé à être conduit à l'endroit où le guépard avait été aperçu, on nous répondit que le garde ne se souvenait plus très bien. Devant ma stupéfaction, la mémoire lui revint et il fut décidé de se rendre sur les lieux. Quelques gardes nous gratifièrent alors d'un spectacle désolant, faisant semblant de suivre des traces qui n'existaient pas. Cette attitude, outre le fait qu'elle nuit gravement au climat de confiance qui doit régner entre l'ICCN et ses partenaires, atteste du manque total de professionnalisme du staff en place à Kundelungu.
Recommandations :
Bien que cela ne soit pas de notre compétence, il nous semble que tout le personnel en place à Katwe aurait besoin d'un sérieux complément de formation.
Il en résulterait sans doute une meilleure gestion des brûlis, des patrouilles efficaces, une surveillance accrue, une présence dans le Parc qui entraverait les activités illicites de braconnage qui se font en toute tranquillité.
Cela permettrait d'arrêter le déboisement inconsidéré des forêts galeries et ferait disparaître les pièges qui fleurissent tout autour de la station.
Nous pensons également que la piste d'aviation doit être entretenue, car la laisser à l'abandon signifie des frais énormes le jour où il sera décidé de la réhabiliter.
Quant aux fantomatiques guépards, des preuves irréfutables de leur existence devraient être produites avant de contester leur extinction.
Nos projets :
A ce stade de déliquescence du Parc, il ne nous est pas possible de faire plus que ce qui a été fait au cours de cette mission.
Le PNKun doit reprendre sa situation en main, et si des résultats sont obtenus, grâce entre autre à l'aide que nous avons apportée, il est possible que nous révisions notre jugement.
Mais si la situation demeure en l'état, il ne nous sera pas possible de dépenser les fonds qui nous sont confiés en faveur de ce parc.
Les seuls pôles d'intérêt restant en ce parc, sont les sites des spectaculaires chutes de la Lofoi et autres Lutshipuka ou Masanza, qui ne nécessitent pas de protection.
La chance de ce parc réside dans le fait que le plateau est relativement inhabitable à cause du vent et des températures peu élevées, et du sol sablonneux qui ne se prête pas à l'agriculture. Il existe donc peu de tendance de la part des populations environnantes à l'envahissement.
Il convient peut-être de mettre ce Parc en « veilleuse » en attendant des jours meilleurs ?
Parc National Upemba Sud, station de Kayo :
Notre deuxième déplacement nous mena de Lubumbashi à Kayo en empruntant le trajet Lubumbashi- Likasi-Fungurume-Lubudi-Kayo. Nous avons emprunté la route traversant le plateau des Biano sur le conseil des résidents habitués à cette destination.
Le trajet nous prit 12 heures.
Notre séjour à Kayo fut extrêmement court et nous n'avons malheureusement pas eu l'occasion d'arpenter les pistes du PNU Sud.
Constatations :
Nous avons trouvé une station visiblement entretenue et fraîchement chaulée, probablement en l'honneur des visiteurs annoncés depuis des mois.
La maison du conservateur reste en état satisfaisant malgré des problèmes de toiture et les bureaux tout comme les gîtes touristiques ou le camp des travailleurs, sont dans un état satisfaisant si on tient compte des normes locales.
L'aménagement de l'accès aux chutes est satisfaisant.
Certains gardes ont été engagés en fonction de critères qui nous échappent. Nous en avons rencontré qui ne connaissait aucun des dialectes de la région et ne parlait que français ou Lingala ! Il faut savoir que la langue utilisée au Katanga, en dehors des divers dialectes locaux, est le Kiswahili.
Des villages récents, peuplés de soldats pensionnés, se sont installés à la porte même de la station de Kayo, et leurs habitants, sans ressources suffisantes, vivent du commerce du charbon de bois, bois qu'ils coupent à la lisière du Parc.
Cette situation est préoccupante dans la mesure ou tôt ou tard le bois hors du parc viendra à manquer.
La situation de la faune n'a pu être jugée, mais l'historique de cette partie de l'Upemba ne laisse pas présager une situation meilleure que pour la partie nord. La mission d'Huart en 1991 n'avait vu quasi aucun animal en trois jours de visite.
Notre intervention :
Nous avons délivré 30 vélos ainsi que des tentes, des sacs à dos, des imperméables, des bottes, des médicaments pour le dispensaire, des livres pour la bibliothèque, du petit matériel scolaire, des habits pour enfants ainsi que quelques jouets et des rations pour les patrouilles.
Après avoir constaté les difficultés de communication dues à un manque de puissance électrique, nous avons fourni au conservateur, dès notre retour à Lubumbashi, une batterie de 100 ampères qu'il pourra faire charger à Lubudi, et nous nous proposons de lui fournir un panneau solaire afin de régler son problème de rechargement.
Nos recommandations :
La proximité de la ville de Lubudi et du chemin de fer ainsi que de la route Lubudi-Luena-Bukama ne sont pas favorables au PNU Sud.
Il serait peut-être judicieux que l'ICCN revoie les limites de l'Upemba.
Concentrer les efforts sur une partie sud amputée d'une grande partie, et la relier au nord dans un seul centre basé à Lusinga.
Un Parc plus petit et mieux géré aurait une chance de reconstituer son cheptel de faune.
Les données scientifiques accumulées il y a 55 ans et qui sont une base de données à comparer avec la situation actuelle, justifient que l'on sauve le PNU. Or, la grande majorité des données sont issues de la partie Nord et des environs du lac Upemba à Mabwe.
Projets :
Au vu de nos recommandations, nos projets pour Kayo sont à unir avec ceux de Lusinga dans un seul projet commun.
Parc National Upemba Nord, station de Lusinga :
Notre troisième voyage nous mena de Kayo à Lusinga via Lubudi-Fungurume-Luambo-Bunkeya-Kiubo
Le trajet nous prit 17 heures de route exécrable.
Notre intervention :
Lusinga a bénéficié de notre aide depuis 1998. Nous avions envoyé quelques vélos, participé aux frais de la rentrée des classes en 1999, fourni du matériel et des produits destinés à la réhabilitation des infrastructures tels que fûts métalliques, tuyaux, ciment, sable, etc.
Lors de notre mission d'août 2000, nous avons délivré 60 vélos, 40 tentes, 60 sacs à dos, 60 imperméables, des bottes, des habits et jouets pour enfants, du matériel scolaire, une scie de long, de l'outillage, des médicaments pour approvisionner le dispensaire, des publications scientifiques, des cartes postales, bics, cahiers, des rations pour les patrouilles, etc.
Nous avons également profité de la présence du camion pour ramener la paille coupée et entreposée à l'entrée du Parc à 15km de la station. Cette paille est destinée à la réhabilitation des toitures des gîtes touristiques.
Ce même camion accepta de déposer la génératrice à Likasi pour réparation.
Constatations :
Le personnel ne semble pas aussi nombreux qu'annoncé.
On nous rétorque que beaucoup de gardes sont dans la zone annexe ou dans les postes de patrouille.
Il s'agit là d'un problème dont la solution devra être trouvée.
Nous pensons que la réduction de la surface à surveiller permettra une plus grande efficacité de cette surveillance, tandis que le point de vue des gestionnaires de l'ICCN est diamétralement opposé.
Ils n'ont plus d'autres recettes que les taxes diverses qu'ils perçoivent sur les populations habitant dans le zone annexe, et ont donc tendance à vouloir étendre autant que possible leur juridiction.
La station de Lusinga se maintient dans son état d'abandon relatif, qui n'est pas pire que lors de ma visite en 1997.
La piste d'aviation est entretenue et le Paspalum a effectivement été planté sur une largeur de 6 mètres et sur une longueur de plusieurs centaines de mètres. Ce fait est à noter à l'actif de l'actuel conservateur, car cette entreprise a été réalisée sans aucune aide extérieure, et dans des conditions assez difficiles.
L'effort est à encourager car la voie aérienne semble être la seule voie encore exploitable pour des missions de courte durée.
La centrale hydroélectrique nécessite un rajeunissement. Le barrage est en voie de reconstruction grâce à notre intervention.
Le canal d'amenée d'eau est en bon état et la conduite forcée a besoin de nouveaux segments par endroits.
La génératrice à plus de 50 ans et les balais sont concaves à force d'être usés.
Une nouvelle génératrice délivrant du courant alternatif serait une bénédiction pour la station qui pourrait alors s'équiper de quelques appareils électroménagers de première nécessité.
Nous avons également financé la réhabilitation du château d'eau. Une borne fontaine au milieu du camp et l'alimentation des gîtes en eau amènerait une amélioration notable dans le confort des résidents de la station.
La situation de la faune n'est pas brillante mais n'est peut-être pas désespérée.
Nous avons pu observer le long de la piste centrale des petites antilopes (céphalophes, ourébis et reduncas) des phacochères et des babouins .Les seuls grands mammifères que nous ayons observé est un petit troupeau de 10 zèbres.
La situation des éléphants semble se confirmer. Un grand troupeau se trouverait dans la région de Malemba Nkulu et ne parviendrait pas à rejoindre le Parc, étant coupé de ce dernier par les envahissements de villageois dans la partie nord ouest du Parc.
Nos recommandations :
S'il est un effort à porter pour les parcs katangais, c'est sûrement pour l'Upemba Nord qu'il faut le réserver.
Ceci pour plusieurs raisons.
Sa situation géographique, à l'écart des grands centres urbains, est un facteur qui restreint le trafic de viande de brousse. De plus, les voies d'évacuation peuvent facilement être contrôlées.
La dépression du Kamalondo est la plus grande zone humide protégée d'Afrique avec l'Okavango. L'eau sera bientôt un enjeu planétaire, et il est important de préserver cette région dans les zones protégées où la nature reste intacte.
L'histoire de l'Upemba est ancienne, et les données scientifiques accumulées il y a 50 ans sont une base de données inestimable et unique pour ce qui concerne la partie sud du Congo. D'intéressantes comparaisons avec la situation actuelle peuvent être pleines d'enseignements.
Quant aux potentialités touristiques, elles sont certainement aussi bonnes ici qu'au Parc Kundelungu.
C'est dans la station de Lusinga que nous avons constaté un réel effort de réhabilitation et une gestion qui au vu des moyens et de la situation, ne pouvait pas être mieux adaptée.
Il faut ici féliciter le conservateur du PNU-Nord, Mr Batechi, qui n'a pas attendu l'aide extérieure pour entreprendre des travaux de réhabilitation, et qui s'est avéré être un chef soucieux du bien-être de ses administrés tout en restant un fervent défenseur du Parc Upemba.
Dans l'adversité, et parfois même sous la menace des armes, il a toujours refusé d'abandonner la station et de laisser contester l'autorité de l'ICCN sur le Parc.
L'état des routes pose le problème des véhicules. La longévité d'un camion dans de pareilles conditions serait abrégée de façon intolérable au regard du prix des véhicules dans la province.
Par contre un tracteur pourrait rendre de grands services dans la station et sur les pistes. (réhabilitation des bâtiments, des ponts, des routes, transport sur des courtes distances pour le bois, le charbon de bois, les champs, les échanges avec les villages environnants, entretien de la piste d'aviation, etc.)
Nos projets :
-Continuer à équiper le personnel
-Continuer la réhabilitation des infrastructures de la station
-Continuer la réhabilitation de l'école
-Continuer la réhabilitation du dispensaire
-Amélioration de l'efficacité de la surveillance du Parc
-Création bibliothèque
-Création collections entomologiques
-Création jardin botanique dans la station
-Formation continue des gardes.
-Fourniture tracteur
-Rénovation de la centrale hydroélectrique
-Adduction d'eau dans le camp et dans les gîtes. Une pompe à bélier pourrait dispenser les femmes et les enfants de la corvée du portage de l'eau.
-Création de postes de patrouilles permanents en construction durable
-Fourniture de matériel de communication (walkie-talkie), pour les postes éloignés et les patrouilles
-Equipement des patrouilles avec des GPS
-Fourniture de cartes géographiques.
-Paiement de primes mensuelles aux agents de l'ICCN engagés dans nos projets.
A ce stade de notre action nous continuons à travailler avec les contacts sur place, en essayant de contrôler au mieux la bonne utilisation de notre aide par les différentes autorités de l'ICCN.
Dans l'hypothèse où nous aurons à gérer des fonds plus importants qui nous permettent d'entreprendre des chantiers plus conséquents, nous avons prévu une structure sur place, de représentants de Nouvelles Approches a.s.b.l. dûment accrédités, qui seraient à même de contrôler la situation de la meilleure manière possible.
Conclusion générale :
La « DRC Parks relief Mission » a atteint tous les objectifs qui avaient été fixés pour le voyage d'Août 2000.
Nous avons pu travailler en collaboration avec les plus hautes autorités du pays en matière d'environnement et de conservation de la nature.
Nous nous sommes rendus dans toutes les stations des deux parcs katangais (Upemba & Kundelungu) et avons rencontré tous les conservateurs et responsables.
Le matériel a été livré directement dans les sites, et des cérémonies officielles de remise du matériel ont chaque fois été organisées devant tous les gardes.
L'accueil réservé à ce matériel fut enthousiaste, et des promesses de gestion saine nous furent faites, avec mise en place d'un contrôle a posteriori de la bonne utilisation du matériel.
A ce jour, les fonds alloués aux Parcs Upemba et Kundelungu n'ont pas encore entièrement été dépensés, mais au vu des besoins, ils le seront certainement.
Les responsables de Ape Alliance, seront informés dans le détail de l'utilisation des fonds par les coordinateurs du Lukuru Wildlife Research Project et de Nouvelles Approches a.s.b.l.
On peut affirmer en toute modestie, que notre mission d'aide aux Parcs Katangais, outre l'apport matériel salutaire qu'elle a apporté sur le terrain, a insufflé un regain de courage dans les rangs de l'ICCN, qui sait maintenant que le monde ne l'a pas abandonné.

<< Page précédente
Design by McArnolds Group SA | Development and code by AMESIS SPRL